L'importance de ne Rien Faire

Mis à jour : avr. 24

"Certaines expériences doivent être vécues, et non racontées, pour que la courbe soit harmonieuse."   Pierre Bottero



L'ANGOISSE DU VIDE


Ne rien faire... ça a été ma grande angoisse jusqu'à il y a peu avec mes chevaux! C'était presque impensable pour moi, venir sans rien faire. Ils allaient s'ennuyer, j'allais m'ennuyer, je ne leur fournissais pas d'activités intéressantes etc.. Et à partir de là arrivait mon amie la culpabilité! Chère culpabilité qui fait ce sentiment étrange dans mon ventre et dans ma tête. J'avais peur de ce vide face à mes chevaux. Peur de ne pas savoir quoi faire. Peur de "juste" passer dire bonjour. Et j'ai réalisé que le problème était là... que je voulais toujours faire quelque chose. Il était impossible pour moi de juste être. Pleinement et totalement être avec eux. Cela me demandait trop de présence, de lâcher prise et surtout ça me mettait face à moi même... et face à mes chevaux. Mes vrais chevaux, pas ceux qui sont codés et dressés.

Oui, ne rien faire, décidément, c'était l'angoisse.


Puis mon cheval a eu un accident qui l'a immobilisé pendant plusieurs semaines.  Je ne pouvais rien faire avec. Je me suis accrochée à quelques exercices de clicker, que j'ai rapidement abandonné, le moral dans les chaussettes.  Et pourtant... quel cadeau que cette période!


LE CADEAU DU MOMENT PRÉSENT


Ne rien pouvoir faire avec lui m'a obligée à lâcher prise. A simplement venir le voir pour être avec lui, pour prendre de ses nouvelles et passer du temps AVEC lui. Sans rien faire d'autre qu'être à ses côtés. 

A partir de cette période là, notre relation a évolué dans un sens incroyable. Nous sommes devenus extrêmement proches. Il vient désormais me faire des câlins, chose rare auparavant. Il me donne énormément d'affection dans sa simple présence. Nous passons du temps ensemble, pour de vrai. Je peux désormais être avec lui sans réfléchir à ce que je pourrais faire, ou bien à culpabiliser pour ce que je ne fais pas. Comme par magie, la culpabilité s'est envolée à partir du moment où j'ai simplement profité du moment présent. 

A partir du moment où j'ai simplement profité de sa magnifique présence, et que j'ai décidé que le seul fait qu'il soit encore avec moi aujourd'hui soit le seul cadeau dont j'avais envie. Cet accident m'a fait réaliser que les séances, les apprentissages etc... ne seront pas les souvenirs que je garderai en tête vis à vis de lui. Ce qui reste, ce qui marque, ce sont les moments de présence. De réelle présence. Ces moments où j'ai respiré avec lui, où j'ai pu le grattouiller et profiter de sa présence avec joie, où j'ai réalisé la chance que j'avais d'être avec lui. Ces moments où chacun était heureux et se satisfaisait de "juste" voir l'autre et de passer du temps avec lui, sans qu'il n'y ait de demandes ou d'attentes particulières. 

Depuis, nous faisons ce qui nous plaît, sans suivre de programme, sans avoir d'attentes... Nous faisons ce que nous avons envie au moment où nous le souhaitons, et avec une grande joie de partager d'abord et avant tout un moment ensemble.

Je n'ai plus la tête pleine de remords, de regrets, de culpabilité. Je ne suis plus dans ma tête face à lui. Je suis avec lui. Entièrement, pleinement. Mon mental ne se mêle plus de la situation. Il n'y a plus que lui et moi. 


Et plus personne ne se prend la tête!


ET NOS ANIMAUX?


On nous a toujours appris à être constamment en mouvement, à toujours faire quelque chose. Le repos est quelque chose de mal vu dans notre société. Prendre son temps est quelque chose de négatif, ce n'est pas valorisé. Et pourtant, si vous saviez l'importance que cela a pour nos animaux... Si vous saviez à quel point ils attendent que nous nous posions, et que nous profitions simplement du moment présent, et de leur présence.  La question qui revient le plus dans les demandes de communication animale que je reçois est : Que puis-je faire avec lui? Qu'est ce qu'il aime faire? Très souvent, la réponse est : "Juste être avec moi".

Au début, elle me déstabilisait beaucoup... et j'ai fini par comprendre que les animaux ne sont pas dans le "faire". Ils sont dans l'être. Leurs journées entières sont construites dans l'être. Ils sont. Il n'y a rien de plus à ajouter.

Et je crois que le plus beau cadeau qu'ils attendent qu'on leur fasse, c'est d'être avec eux. D'entrer dans cet état de présence où rien d'autre ne compte que ce qui est à l'instant présent, et de partager cela avec nous, comme deux amis. 

LE MONDE DE L'ÊTRE


Désormais, ne vous privez pas de "simplement" aller voir vos chevaux au pré, ou bien de lire un livre assis près d'eux. Ne vous privez pas de vous asseoir dans l'herbe et de rentrer dans ce rythme unique et apaisant qui est le leur... Ne vous privez pas de vous asseoir sur le canapé avec votre chien ou votre chat, et de juste le regarder en le caressant doucement.  Laissez les vous montrer leur monde, le monde de l'être. C'est la plus belle chose à "faire" avec eux...

12 vues
 

©2019 by Les Bienveilleuses. Proudly created with Wix.com