Le cheval, la plus noble conquête... de soi même?

"La vraie liberté exige que nous abandonnions nos anciens schémas et croyances ou convictions intimes limitants . Une part de nous doit mourir pour que nous puissions renaître" Linda  Kohanov, La Voie du Cheval




"LE CHEVAL EST LA PLUS NOBLE CONQUÊTE DE L'HOMME"

"Le cheval : La plus noble conquête que l'homme ait jamais faite est celle de ce fier et fougueux animal, qui partage avec lui les fatigues de la guerre et la gloire des combats." Georges Louis Leclerc tenait ces propos pour illustrer ce qui selon lui rendait le cheval comme la plus noble conquête de l'homme. Le cheval nous a porté pendant des milliers d'années, pour nous accompagner dans les guerres,  ce qui peut être autrement dit ; vers la conquête de la liberté. Parce qu'à travers les guerres, les luttes de territoire, les combats, l'homme a toujours cherché l'expansion, celle qui lui permet d'être plus grand, plus fort... plus libre. Fier destrier de guerre, vaillant et allant à la charge, donnant sa puissance à son cavalier, c'est un animal qui a toujours été aux côtés de l'homme pour le faire galoper vers cet idéal, qui prenait forme par des combats entre les hommes, par de la violence, justifiée par cette quête, par cette conquête de la liberté.  Plus tard (et tout autant avant), le cheval a porté l'homme en servant de moyen de transport, lui permettant de se déplacer, et de découvrir de nouveaux territoires, d'élargir son horizon, de conquérir des espaces toujours plus grands. Le cheval porte l'homme vers sa liberté. Aujourd'hui, le rôle utilitaire du cheval est terminé, et il est identifié en tant que loisir.  Mais est-il réellement un loisir? Est ce un loisir que de monter sur cet animal qui a une volonté propre, et de devoir dialoguer avec lui pour se faire comprendre? N'est ce pas plutôt une Rencontre? La rencontre de deux êtres qui parviennent à trouver un point d'accord, un accord d'harmonie pour permettre à deux cœurs de vivre ensemble?




Dans mon travail d'accompagnante équestre et de communicatrice animalière, les chevaux m'ont amenée à réaliser une chose essentielle ; Si le cheval a terminé de nous accompagner dans la conquête de la liberté gagnée au prix de combats ou de nous porter à la découverte du monde, son rôle reste aujourd'hui toujours le même!  Il nous accompagne dans la quête de la liberté... intérieure.

Il s'agit là d'une liberté bien différente de celle dont il a porté la conquête auparavant. Aujourd'hui, les hommes sont en recherche d'une liberté non pas matérielle, mais plutôt identitaire, voire spirituelle. Et les chevaux, nos fidèles destriers, répondent encore présents à cet appel pour nous porter vers cette même liberté, celle qui résonne dans nos cœurs.


UNE QUÊTE DE LIBERTÉ TOUJOURS RENOUVELÉE

Finalement, c'est encore et toujours vers la liberté que tend l'homme..  Quel est le plus grand sentiment recherché?  Pourquoi partons-nous tant en voyage? Quel est ce besoin de déracinement? Pourquoi quittons nous nos compagnons/compagnes? Pourquoi avons nous parfois le courage de lâcher toutes nos sécurités matérielles? Qu'est ce qui fait que le voyage, le changement permet de révéler des facettes de soi qu'on ne connaissait même pas? Avez vous remarqué comme parfois une plongée radicale dans l'inconnu nous transforme? C'est l'appel de cette liberté intérieure qui nous souffle de la suivre... Parfois une liberté intérieure que nous cherchons à l'extérieur, car l'intérieur nous est inaccessible, sous nos conditionnements et nos masques. Le cheval a cessé de nous porter sur son dos, mais il nous accompagne toujours ; il est devenu coach équin, cheval de thérapie psycho-corporelle, cheval d'aide, cheval de médiation...  La forme est différente, mais le fond ne l'est pas. Nous courons toujours après cette liberté, et il y a toujours un cheval pour nous porter vers elle.




LA LIBERTÉ QUI SE VIT DANS LE SILENCE DES CHEVAUX...

Le bruit des canons a fait place à celui de la respiration du cheval... la respiration qui invite à se poser et se déposer dans un rythme lent, différent, à rentrer dans le "temps cheval" ; Le temps qui fait que tout s'intériorise davantage, que nous rentrons en nous et que nous devenons nous mêmes, au delà du temps Chronos, mais bien le "carpe diem", cueille le jour et tout ce que tu es.


Le cheval invite à l'introspection, par le miroir qu'il devient lorsque nous entrons en lien avec lui. Inlassablement, il nous montre ce qui se joue à l'intérieur de nous, sans jugement, sans filtre non plus, juste comme une réalité honnête de notre théâtre intérieur, et des histoires qui peuvent s'y raconter. Pour peu que nous devenions authentiques, le miracle se produit et nous avons accès au "true self", celui qui se révèle au delà de la personnalité (persona : en latin, le masque que portaient les acteurs), celui qui se révèle au delà des masques. C'est le courage d'être soi, pleinement soi. Le "courage", celui qui met le coeur à l'ouvrage, de sa définition d'origine. Le cheval nous invite à interagir avec lui à partir du coeur. Dans le silence des chevaux, il se produit sans cesse ces petits miracles où l'on peut abandonner nos carapaces pour laisser briller notre authenticité. Alors, libérés de tous ces poids, nous pouvons d'un seul coup goûter pleinement cette sensation de liberté, intérieure cette fois, qui nous pousse à exulter parfois.


J'ai des souvenirs de ces moments d'exultation totale, perchée sur le dos de mon cheval, à la découverte de moi dans ce corps à corps équin, ou plutôt dans ce coeur à coeur.  Le cheval a toujours représenté mon rêve de liberté, mais je l'avais toujours imaginé sous la forme d'une monte sans mors, sans équipement, dans une fusion avec ce cheval qui répondrait à chacune de mes sollicitations corporelles. Un galop dans les champs, sans rien d'autre que moi et lui... Je n'ai jamais atteint cet idéal. Par contre, avec patience, à force de me faire traverser des émotions, des ombres, des difficultés, et aussi des moments de joie et de connexion pure, mon cheval m'a guidée vers une autre forme de liberté que celle imaginée ; 


LA LIBERTÉ N'EST PAS UN LONG FLEUVE TRANQUILLE...

Vivre la liberté demande d'ouvrir son coeur, et d'ouvrir la porte à son soi authentique, ce qui comporte le fait de voir la lumière et l'ombre comme deux faces indissociables d'une même pièce. J'ai eu la chance que mon cheval me confronte violemment un jour à une de mes plus grandes peurs, celle de tomber, qui m'a mise dans une colère immense, et il m'a fait, avec amour, plonger au cœur de mes émotions. Il m'a montré que la liberté n'était pas qu'une belle façade, mais qu'il s'agissait aussi de faire demi tour, et par là, faire face à ses peurs profondes. Celles qui te tiennent viscéralement.. la peur de tomber, de lâcher prise, de perdre le contrôle. Et la liberté, la VRAIE liberté, pas celle qu'on nous vante par le détachement et le fait de flotter au dessus des situations, ce qui - soyons honnêtes - revient à se dissocier, cette vraie liberté là, elle passe par se retourner et faire face. Voir les ombres. Regarder ce qui te fait le plus peur. Plonger dedans, et vivre le tourbillon. Suivre comme on peut, rester présent. Rester en selle. Tout comme je manque de tomber parfois, souvent, en marchant sur le fil de mon existence, à jouer à l'équilibriste de mon hypersensibilité quotidienne. Il me le rappelle bien, mon cheval, cette hypersensibilité, ces réactions disproportionnées qui font faire violemment demi tour... Pas après pas, sur le chemin du retour arrive la conscientisation de la peur. La conscientisation de ce cadeau qu'il m'a permis de toucher en me faisant replonger encore plus profond dans la peur. Car il est venu mettre de la lumière sur certaines zones d'ombres. Et là, seulement là, on peut parler de la vraie liberté. Pas de cette pseudo dissociation d'un "tout va bien" qui masque des profondeurs agitées et inécoutées. Non, une vraie liberté authentique, celle qui t'apprend à suivre le mouvement et à rester honnête et authentique envers toi, et envers les autres, quoi qu'il arrive.




Le cadeau le plus précieux que j'ai reçu de mon cheval est la véritable liberté en moi.  J'ai toujours cru que pour être libre, il me fallait monter les chevaux et atteindre une technique équestre impeccable. En fait, il s'agissait plutôt d'ouvrir son cœur à l'entièreté de qui nous sommes, les faces lumineuses comme les faces sombres, sans concession et avec honnêteté, pour se libérer et dévoiler son soi authentique, Une mort pour une renaissance. Pour vivre ma liberté, j'ai été portée par le cœur d'un cheval.

 

©2019 by Les Bienveilleuses. Proudly created with Wix.com