5 clés pour se ressourcer cet été

Pour un grand nombre de personnes, le printemps en mode confinement n'a pas été facile à vivre. En appartement sans jardin, loin des proches, le tout dans une ambiance lourde sur le plan sanitaire, nombreuses sont les raisons de vouloir profiter de l'été pour décompresser. Mais comment se ressourcer efficacement et durablement ?


Clé n° 1 : écouter son corps


Avant même de faire sa valise pour fuir la ville ou l'environnement de travail habituel, prenons le temps de faire régulièrement ce que l'on appelle un "scan corporel", pour écouter ce que le corps exprime.


Partez de la plante des pieds - bien à plat sur le sol - et remontez mentalement doucement jusqu'au sommet de la tête, en détaillant chaque partie du corps. Est-ce qu'il y a des points de tension, des douleurs ? Votre ventre est-il souple ou gonflé, inconfortable? Votre gorge est-elle serrée, ou encore le front légèrement ridé? Prenez le temps d'observer en silence les murmures de chaque organe, et de détendre les zones qui méritent un peu plus d'attention.


C'est le moment de faire une méditation, guidée ou non, pour apaiser le petit vélo du mental qui tourne sans cesse dans la tête !


Clé n° 2 : méditer partout ou presque


La pratique de la méditation est à la mode depuis quelques années, on ne compte plus les diverses formes qu'elle peut revêtir.


Vous pouvez choisir de simplement vous concentrer sur votre respiration quelques minutes par jour (debout, assis, allongé) ou d'aller plus profondément en vous en mode "alpha" ou "theta" pour un voyage en visualisation. C'est là que la magie peut intervenir! Idées lumineuses, flashs intuitifs et idées créatives jaillissent volontiers lorsque nous sommes dans ces états de conscience modifiée, qu'il est finalement bien plus facile à atteindre que l'on ne s'imagine pour peu que l'on accepte de lâcher prise (sans s'endormir pour autant) !





Clé n° 3 : jouer avec nos sens


  • L'ouïe : dormir en été avec la fenêtre ouverte si on a la chance d'être à la campagne, permet d'écouter toutes sortes de sons : hululement des rapaces nocturnes la nuit, chant matinal du merle, gazouillis des alouettes ou des hirondelles... les stridulations des cigales si on est dans le Sud ou des grillons garantissent un fond sonore propice à la rêverie pendant la sieste ! Jouez avec les enfants à reconnaître les différents sons de la nature, vous découvrirez un passe temps sain et gratuit.

  • L'odorat : feuilles de figuier qui embaument, tilleul, roses délicates, lavandes épanouies, mirabelles mûrissantes sous le soleil, l'été n'est pas avare en fragrances alors c'est le moment de s'enivrer d'odeurs délicieuses, sans modération. L'idéal est de sortir après une ondée rafraichissante : la forêt exhale alors ses plus puissants parfums : terre mouillée alliée à chlorophylle ravivée, un cocktail qui redonne de l'énergie à coup sûr !

  • Le goût : croquez dans une fraise tout juste cueillie, qui attendait au soleil, et fermez les yeux : l'acidité du fruit, son coeur sucré et acidulé à la fois fait immanquablement remonter à la surface des souvenirs d'enfance. En cuisine, n'hésitez pas à associer légumes croquants et fruits fondants à un mélange de céréales locales et légumineuses, faites plaisir à vos papilles !

  • La vue : se remplir la vue du bleu du ciel est toujours une expérience satisfaisante. Pour en profiter, passez le plus de temps possible à l'extérieur : balades, jardinage, sport en plein air, photographie... Chaque recoin naturel mérite l'attention de nos yeux. Avez-vous remarqué qu'une simple feuille de lierre peut revêtir différentes nuances de vert, et que dire des prairies en jachère où les fleurs multicolores rivalisent d'éclat ?

  • Le toucher : malgré les gestes barrières qui freinent les élans tactiles entre êtres humains, il est toujours possible de profiter d'une escapade loin des foules pour s'adonner à une séance de ressenti tactile avec les éléments naturels. Otez vos chaussures pour plonger les pieds dans une rivière ou la mer et observez les sensations que cela procure, et enfoncez les pieds dans le sable, dans la mousse... Fermez les yeux et prenez le temps de poser les mains sur un tronc d'arbre. Accueillez la texture lisse du bouleau, ou rugueuse et pleine d'aspérité du pin, imaginez les dessins formés par les nervures des feuilles en les suivant des doigts. Froissez une feuille de sauge et émerveillez-vous de la douceur de son duvet, sans compter le parfum puissant qui se dégage peu à peu lors de la friction !

Le "must" étant d'allier évidemment plusieurs sens, et de tenter d'éveiller le 6e qui sommeille en vous !





Clé n° 4 : faire appel aux déclencheurs de bonheur


Rappelez-vous de cette chanson, cette musique qui irrésistiblement vous donne envie de vous balancer en rythme, les yeux fermés et le sourire aux lèvres, ou encore la sensation éprouvée quand vous passez du temps de qualité auprès de vos proches ou des animaux que vous aimez : gardez à portée de main un accès à ces petites capsules de bien-être pour en consommer dès que le besoin se fait sentir.


Questionnez-vous sur ce qui déclenche ces petits frissons de bien-être : un massage du cuir chevelu, un fou rire inopiné, une bonne séance de votre sport préféré ? Pour favoriser les hormones dites du bonheur (sérotonine, dopamine, endorphines, ocytocines...) ne vous privez pas de câlins et multipliez les occasions de faire du bien pour en reçevoir en retour. Eprouver de la gratitude, faire preuve de gentillesse, peut réellement vous apporter. Essayez, vous verrez c'est magique !





Clé n° 5 : retour aux sources, aux principes, aux origines


Dans l'idée même de l'expression "se ressourcer", il y a le terme "source". Et si vous profitiez de la période estivale pour entamer une recherche sur vos origines familiales ? Comprendre d'où l'on vient, pour mieux comprendre où l'on en est, n'est pas vaine chose. Parfois, déceler les secrets de famille permet de se décharger d'une charge que nous portons alors qu'elle ne nous appartient plus, et de vivre mieux.


Nos cellules transportent en effet malgré nous l'empreinte de traumatismes vécus par nos ancêtres. Si on peut transmettre par l’épigénétique un traumatisme, cette inscription biologique est réversible.


Il est possible de faire appel à un(e) psychogénéalogiste, ou de partir directement à la chasse aux souvenirs en interrogeant vos aînés, oncles, tantes, cousins, en débusquant des arbres généalogiques, ou encore de vieilles lettres enfermées dans des secrétaires d'époque... Un accompagnement personnalisé peut vous être proposé pour lever le voile sur certains blocages, n'hésitez pas à demander conseil à Diana Van Oudenhoven, l'équi-coaching systémique ou un autre accompagnement peut se révéler extraordinairement efficace !





 

©2019 by Les Bienveilleuses. Proudly created with Wix.com